What’s Really Going on at Fukushima?

Qu’est-ce qui se passe vraiment à Fukushima?

http://www.counterpunch.org/2015/06/15/whats-really-going-on-at-fukushima/

POLLUTION  June 15, 2015  [25]

Fukushima is literally a time bomb in quiescence. Another powerful quake and all hell could break loose. Also, it is not even close to being under control. Rather, it is totally out of control. According to Dr. Caldicott, “It’s still possible that Tokyo may have to be evacuated, depending upon how things go.” Imagine that!

At Fukushima, each reactor required one million gallons of water per minute for cooling, but when the tsunami hit, the backup diesel generators were drowned. Units 1, 2, and 3 had meltdowns within days. There were four hydrogen explosions. Thereafter, the melting cores burrowed into the container vessels, maybe into the earth.

As the disaster happened, enormous levels of radiation hit Tokyo. The highest radiation detected in the Tokyo Metro area was in Saitama with cesium radiation levels detected at 919,000 becquerel (Bq) per square meter, a level almost twice as high as Chernobyl’s “permanent dead zone evacuation limit of 500,000 Bq” (source: Radiation Defense Project). For that reason, Dr. Caldicott strongly advises against travel to Japan and recommends avoiding Japanese food.

Fukushima est littéralement une bombe à retardement dans la plus grande quiétude. Un autre tremblement de terre et tout cet enfer pourrait se libérer. Et un enfer qui n’est pas près d’être sous contrôle. C’est plutôt tout le contraire. Selon le Dr. Caldicott, “il est toujours possible que Tokyo doive être évacué, tout dépend de comment les événements vont se dérouler”. On peut imaginer les conséquences!

A Fukushima, chaque réacteur requiert plus de 3700m³ d’eau par minute pour le refroidissement, mais lorsque le tsunami a frappé la centrale, les groupes électrogènes de secours ont été submergés et sont tombés en panne. Ce qui a induit des fusions totales des cœurs des réacteurs 1, 2 et 3. Il y a eu quatre explosions d’hydrigène. Ensuite, les coeurs des réacteurs se sont frayés un chemin dans les enceintes de confinement, peut-être dans la terre.

Lorsque le désastre s’est produit, d’énormes quantités de radiation ont atteint Tokyo. Le plus haut niveau de radiation détecté dans le métro de Tokyo a été mesuré à Saitama avec des quantités de Césium égales à 919.000 Bq par mètre carré, soit presque deux fois la limite d’évacuation de 500.000 Bq dans la zone interdite de Tchernobyl. Pour cette raison, le Dr. Caldicott déconseille vivement de voyager au Japon et recommande d’éviter la nourriture d’origine japonaise.